Scarponi et son chauffeur, drôle de karmas

Scarponi et son chauffeur, drôle de karmas

C'était le 22 avril 2017 à Filottrano dans la région des Marches. Michele Scarponi, le grimpeur de l'équipe Astana, trouvait la mort sur la route, à quelques kilomètres de son domicile, renversé par un camion qui lui avait refusé une priorité, alors qu'il était en pleine séance d'entraînement.  

Mais qui avait la mort de Giuseppe Giacconi dans ses mains pour qu'il meure dix mois après  ce tragique accident? Le soleil, qui fut le prétexte  donné pour la défense de Giuseppe Giacconi, le chauffeur du camion qui refusa la priorité à Michele Scarponi, ne fut pas longtemps le vrai coupable de son aveuglement au moment de la collision.

Le maçon de 58 ans avait finalement avoué, quelque temps après, avoir regardé une vidéo sur son smartphone lorsque son véhicule a heurté le coureur de 37 ans en pleine séance d'entraînement. Scarponi mourut instantanément. Quelques mois plus tard, la personne qui lui avait enlevé sa vie, le rejoignit suite à un cancer provoqué par les problèmes psychologiques subis après à l'accident et ses conséquences irréversibles, laissant une femme Daniela et une fille, Christina. 

Les deux hommes, qui sont entrés en collision frontale, se retrouvent aujourd'hui dans un endroit enveloppé d'une douceur opposée au choc qui les a rapprochés. Une étoile cycliste et un maçon avaient une histoire commune que seuls l'au-delà et ses mystères peuvent interpréter. Le comportement irresponsable de l'un a eu un effet collatéral sur la vie de l'autre, mais leurs karmas croisés ont sans doute prémédité la date de leur disparition. Quel triste sort...

 

 

 


 

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire